Cap' ou 'pas cap' ?

Mis à jour : sept. 13

Laissez-moi vous raconter l’histoire de Juliette* dont j’ai terminé le coaching cette semaine. Son histoire fera écho auprès de beaucoup de jeunes (ou moins jeunes) et les pistes que nous avons trouvées avec Juliette peuvent être répercutées bien au-delà de son propre coaching.



Juliette a 20 ans et quand je la rencontre pour la première fois, je rencontre une jeune fille angoissée et à fleur de peau. Elle tente de passer son Bac 2 en commerce qu’elle a déjà complètement raté l’année dernière. Et cette deuxième tentative ne s’annonce pas bien du tout au regard des premiers résultats. Cette année, pour la première fois, Juliette est perdue et ne comprend pas ce qui lui arrive.

Durant ces études secondaires, Juliette a toujours réussi haut la main. De son aveu, elle n’a pas dû consentir beaucoup d’efforts pour les excellents résultats qu’elle obtenait. En bac 1, ses résultats étaient déjà en baisse mais cela ne l’avait pas inquiétée plus que cela.


Lors de la première séance que nous faisons ensemble, Juliette se remet beaucoup en question et se dévalorise.

« Est-ce que ces études sont pour moi ? »

« Est-ce que je suis capable ? »

La question que je lui pose alors me vient assez spontanément :

« Explique-moi comment tu as fait les années précédentes pour réussir ? Donne-moi la méthode « Juliette » de la réussite en secondaire ! »

Comme beaucoup de jeunes semblables à Juliette, elle a du mal à mettre des mots et à expliquer comment elle s’y prenait.

« Sur quoi as-tu pu compter pour réussir ? »

Juliette me répond plus facilement.

« Sur ma mémoire… Je mémorise facilement. Il me suffit d’écouter le prof pour que cela rentre dans ma tête… »

Juliette précise encore qu’il ne lui fallait ensuite lire le cours qu’une seule fois pour le connaître et pouvoir passer ses examens.

Durant toute ces années, Juliette avait juste pu compter sur sa capacité à mémoriser facilement.

Réussir toutes ces années sans trop travailler est un exploit qu’elle doit à ses capacités, à son potentiel exceptionnel.


Le plus dur pour un jeune qui a du potentiel, c’est de se rendre compte que ses capacités ne suffisent plus pour affronter les nouveaux défis qui se présentent à lui.

A un moment donné, la marche est trop haute et le jeune se retrouve sans outils devant un mur qu’il ne peut escalader

Au plus le jeune aura du potentiel, au plus loin il pourra aller en n’utilisant « que » ses capacités et au plus grande sera la déconvenue quand il se retrouvera devant le mur !


Et le prix à payer peut-être grand :


- Autocritique négative, problème de confiance en soi ou d’estime de soi

- Angoisses et stress qui peut devenir chronique

- Perte d’intérêt, manque de courage et de persévérance

- Décrochage des études, choix d’une voie plus facile (mais non alignée au potentiel)

"Si le plan ne fonctionne pas, change le plan mais jamais le but !" (auteur inconnu)

Et changer le plan revient ici à travailler ses compétences !


« Une capacité, c’est une aptitude que vous avez en vous sans l’avoir travaillée. J’ai tendance à dire quelle est innée. Elle fait partie de vous. Elle est partie intégrante de votre potentiel !

Exemple : l’oreille musicale, le sens de la balle (au football par exemple), l’empathie,…


Une compétence, c’est une aptitude que vous avez dû travailler. Une connaissance, un comportement que vous avez acquis à force de répétitions et d’exercices.

Exemple : être un virtuose du violon, être un champion de football, être un excellent coach »

Marc Breugelmans, L’Autre Potentiel, Editions Le Dauphin Blanc.

Et c’est exactement ce que j’ai travaillé cet été avec Juliette.


Nous avons fait l’inventaire des compétences qui, aujourd’hui, lui manquaient pour pouvoir atteindre son objectif :


- Planification durant l’année et durant le blocus

- Élaboration de synthèses efficaces

- Détermination d’un objectif d’étude concret


Nous avons travaillé sur son rapport aux études et nous avons ancré sa détermination et sa confiance en elle !


Aujourd’hui, Juliette m’a contacté. Elle a atteint les objectifs réalistes qu’elle s’était fixée : avoir assez de crédit pour passer en BAC 3 !


Aujourd’hui, je suis plein de gratitude pour son engagement vis-à-vis d’elle et pour son investissement durant tout le processus de coaching !


Le coaching est fini mais il est clair que Juliette y a gagné beaucoup plus que l’atteinte de son objectif et qu’elle pourra compter sur de nouvelles ressources dans les grands défis qu'elle rencontrera tout au long de sa vie.


La magie est en elle ! La magie est en vous !


Besoin d'un coup de pouce pour atteindre vos objectifs scolaires/universitaires :

https://www.coachingetdecouvertes.be/coaching-scolaire


Envie d'aider des jeunes à atteindre leurs objectifs scolaires ?

https://www.coachingetdecouvertes.be/formation-coaching-scolaire


*le prénom et le contexte ont été modifiés pour respecter la confidentialité du coaching


La 1ère séance est gratuite et sans engagement

© 2014 - 2020 by Nadine Jacobs